C’est l’histoire d’un malentendu géant, planétaire

qui est né dans un pays du Bassin Méditerranéen

Un pays où on prie encore ouvertement la Madone sans se faire cataloguer mystique par le psy et où la solidarité familiale existe encore aussi, l’Italie.

J’ai appris en latin l’histoire decet homme qui ne croyait pas à ce qui lui arrivait et répétait « je suis citoyen romain. »
Aujourd’hui en Toscane, un homme qui est aussi « quelqu’un » doit se dire la même chose en étant à peu près aussi stupéfié que Domitius ULPIANUS.

Il y a peu, Francesco SCHETTINO dès la levée de son assignation à domicile, a voulu parler après bientôt six mois de silence imposé. Il a donné une interview au cours de laquelle il a dit en particulier ceci pour les victimes du 13 janvier :

« Chiedo scusi. Sono distrutto. Ero un incidente. »

Ce qui signifie : « Je vous demande pardon. Je suis effondré. C’était un accident. »
C’est ce que j’ai lu sur la presse italienne où les nouvelles paraissent en premier, bien sûr.
Et les commentaires des premiers jours, ont réapparus sous les articles des journaux-web.

En parcourant la presse française ce matin, quelque chose clochait et les commentaires étaient franchement agressifs, incivils, injustes et surtout décalés entre le message global qui avait été envoyé par Francesco SCHETTINOet le retour qu’il en recevait.

C’est en lisant l’article (référence et lien) publié sur le Figaro, avec la réaction de la maman de Mylène et Michaëlque je suis restée sans voix.

Sans voix parce que je pensais que Francesco SCHETTINOavait dit ce qu’il devait dire, qu’il devait garder en lui depuis six mois et que cela avait réactivé « la haine » des réactions des premiers jours, à chaud.

Qu’écrire en commentaire ? comment dire « mais ce n’est pas possible » à la mère et au père dont le cœur est à vif dans sa révolte contre la perte d’êtres jeunes pour lesquels la vie à deux aurait du commencer ?

 

C’est alors que j’ai compris, moi qui utilise les traducteurs en ligne gratuits, j’ai reconnu leurs mots, mes erreurs du début quand j’essayais de suivre sans leur aide un soutien qui me tenait à cœur.

Les mots importants, les messages, n’ont pas passé à la traduction. Pire, ce sont devenus autant d’offenses.

‎ »Schiedo scusi », je vous demande pardonest devenu « excusez-moi » presque s’cusez, quoi.

‎ »Sono distrutto », je suis effondréest devenu (sans le traducteur celui-là) « j’étais distrait »

et pour achever la demande de pardon : « ero un incidente », c’était un ACCIDENTest devenu, comme dans la chanson Tout va très bien Madame la Marquise « un incident », une bêtise ? la mort de votre jument grise ?

 

J’ai compris qu’en bout de chaine, on est allé involontairement voir les parents du jeune couple de SARCELLES avec un message faux par traduction. Comment vouliez-vous qu’ils puissent un seul instant envisager le pardon en leur apportant cette info ? exprimée avec ces mots-là, en ces termes-là !

Un pardon qui leur est pourtant nécessaire, autant qu’aux autres familles de victimes, autant qu’à tous les survivants pour pouvoir, peut-être un jour reprendre une vie, différente certes, mais vivable après les deuils et les traumatismes.

Un pardon qui est aussi nécessaire à Francesco SCHETTINO, parce que, que vous le vouliez ou non, sous la casquette du Commandant de la Costa Concordiapour lequel il est aussi logique que pour vous et moi de faire une punition lorsqu’on a fait une bêtise, il y a un homme, un mari et un père de famille et il y a un survivant comme les autres.

Ils vivent tous les trois, lui, sa femme et sa fille enterrés vivants depuis 6 mois, sans aucun revenu. Et non, Madame, il n’est pas libre, il ne va pas ici et là dans sa bonne ville de Meta di Sorrento. Parce que les journalistes sont revenus camper devant sa porte pour essayer d’avoir un scoop en risquant de le pousser à la faute, à parler de ce qu’il ne faut pas avant un procès qui s’éloigne encore une fois.

 

Alors, devant le gâchis dont j’ai pris conscience ce matin, je me demande si « l’homme le plus haï d’Italie » comme je viens aujourd’hui de le lire encore sur un article du jour, dans ce beau pays où les dialectes locaux sont encore parlés couramment, ne serait pas en plus victime tout simplement d’erreurs de traduction cumulées.

Depuis quelques années, les journaux sur papier disparaissent les uns après les autres et les journalistes, sur le Web mondial, ont des conditions de travail différentes et un public différent qui réagit à chaud après avoir lu en diagonale sur l’écran d’un téléphone mobile un article écrit dans leur langue maternelle dont les sources viennent parfois d’un pays où personne ne la connait.

La diffusion de l’actualité en direct se traduit par des mises à jour plus que quotidiennes, qui doivent être réalisées dans toutes les versions des journaux quasi-simultanément. Cela ne peut se faire que par des moyens informatiques qui ont leurs limites eux-aussi lorsqu’il faudrait que chaque mot soit choisi avec soin.

Madame, Commandant, j’étais enseignante en Sciences Physiques, je vous demande pardon pour ce que ses applications vous ont fait vivre ce matin.

, ,

  1. #1 par gold price le 24 juillet 2012 - 17 h 10 min

    Ardent défenseur de l’environnement il a fondé le « groupe des cent » qui réunit des intellectuels convaincus que l’alerte écologique est une priorité planétaire. Sa poésie rend compte d’un ton, d’une atmosphère qui, comme le duende ou le jazz secoue, bouscule et apaise. Yves Bonnefoy a préfacé son recueil « Les poèmes solaires » très attaché à ce poète qui est « assurément très de son pays, comme Octavio Paz. Il l’est par un apport essentiel à cette conscience de soi dont il faut préserver la salutaire inquiétude ».

  2. #2 par claudielapicarde le 15 juillet 2012 - 10 h 21 min

    Les traducteurs automatiques ne connaissent pas les nuances et pourtant il y a tant dans toutes les langues d’un mot à un autre.

  3. #3 par Anália le 15 juillet 2012 - 2 h 28 min

    what a great article! it’s really informative and innovative. keep us posted with new updates. it’s was really valuable. thanks a lot!!http://www.videogb.com

  4. #4 par krn le 15 juillet 2012 - 0 h 30 min

    Si cette somme de 57 000 € est avérée, je pense que ça peut être une indemnité pour le harcèlement dont il est victime en permanence, paparazzi et autres chasseurs de scoop campant devant sa porte en permanence. Il y a de quoi devenir fou. Reste à savoir ce qui est vrai ou faux, la presse est tellement manipulée qu’on ne peut pas leur faire confiance.
    Au sujet de ses déclarations, il est difficile de juger quelqu’un qui a certainement beaucoup médité et donc évolué par rapport à ce qu’il était au moment de l’accident du Concordia, vu qu’il a été enfermé pendant des semaines. Il a du passer les évènements des centaines de fois en revue et a largement eu le temps de les analyser. Ce qu’il dit au sujet de la main divine ne m’étonne pas et il n’est pas le seul à avoir eu ce sentiment.

    • #5 par Monique-Mauve le 15 juillet 2012 - 8 h 08 min

      Oui, il y aurait eu de quoi devenir fou. Surtout pour quelqu’un qui n’y était pas préparé. Nos politiques se prennent en pleine figure sans problème des œufs, des tomates, j’ai même vu atterrir une tarte à la crème sur le veston de l’un d’entre eux à la télévision. Il doit y avoir un cours là-dessus à l’ENA, il y en a un sur la gestion du temps en Droit.
      En ce qui concerne les techniques de manipulation, outre l’aspect hydre de Lerne, ça sent les faux profils à plein nez dans les réactions sur le journal, c’est encore confus dans mon esprit, mais je commence à me demander si il y a réellement quelqu’un à convaincre en face.

  5. #6 par krn le 14 juillet 2012 - 22 h 06 min

    Je suis frustrée, je n’ai pas trouvé le lien.

  6. #9 par Al. le 14 juillet 2012 - 20 h 30 min

    Le peu que j’ai lu des commentaires sur l’article du Figaro me fait penser que leurs auteurs sont décérébrés, incapables de sortir de leur logique judéo-chrétienne œil pour œil, dent pour dent poussée jusqu’à la folie. C’est trop leur demander que de vérifier les affirmation des journalistes. Ils sont aveuglés par leur haine et ne peuvent pas réfléchir.

    • #10 par Monique-Mauve le 14 juillet 2012 - 21 h 50 min

      C’est une haine contre rien en fait. Une haine en soi. Elle se nourrit d’elle-même. C’est très curieux.
      Ecoutez, je vois les choses avec du recul, je ne suis pas sur place, je n’ai pas de marins dans la famille, je me demande quels sont l’œil et/ou la dent que le Commandant SCHETTINO a bien pu leur ravir pour que cette haine ait cristallisé sur lui ?
      Vous savez quoi ? je parierais qu’ils ne regardent même pas si il y a une réponse à leur post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :