Articles tagués commandant

Je disais donc

  • qu’il y avait au moins quatre Commandants sur la CONCORDIA :

1°/  le Commandant SCHETTINO qui accueillait les passagers embarqués à CIVITAVECCHIA dans le théâtre, puis est allé prendre son repas du soir,

2°/  le Commandant AMBROSIO qui était de quart sur la passerelle,

3°/  le Commandant BOSIO qui était de repos dans sa cabine,

4°/  le Commandant CHRISTIDIS qui devait remplacer le Commandant BOSIO quand celui-ci aurait débarqué à SAVONE pour sa période de repos et avait embarqué avant pour être fin prêt à le faire à ce moment-là.  

  • qu’il fallait beaucoup de personnes qualifiées pour coller à la route. 

LA ROUTE

qui a été ordonnée par celui qui passe les consignes de la Compagnie à bord – les patrons.

ORDONNEE

Pourquoi n’y a-t-il actuellement qu’un homme en situation d’accusé devant le Tribunal de GROSSETO?

Parce que contrairement à ce qui a été démagogiquement dit par la suite, COSTA Croisières qui n’est pas fou a désigné après concours, promotion interne ou ce qu’ils ont voulu

UN seul homme pour prendre les décisions finales.

ET CE d’après les indications que lui transmettent les autres

qui font les mesures et surveillent cadrans et repères de la côte par les fenêtres de la passerelle géante.

une sorte de mini briefing
concis, précis, chiffré et essentiel pour la suite des évènements.

 Le journal LA NAZIONE a publié tout récemment une interview du Commandant SCHETTINO, accompagnée d’un enregistrement audio des plus intéressants qui provient d’un document intitulé « trascrizioni del Roninv dei carabinieri »

Captureaudio01Captureaudio02 Dommage, je n’arrive pas à ouvrir la vidéo, moi qui suis en FRANCE.

Que dit cet article ? 

  • qu’on y entend la voix du Commandant AMBROSIO,

car on sait reconnaitre à qui appartient une voix dans la Police Scientifique, les élèves de Terminale L et ES que j’ai eus du temps des thèmes savaient cela

  • qu’on entend le Commandant AMBROSIO qui est occupé à surveiller en continu la gîte du navire et à la communiquer au Commandant SCHETTINO à un moment où il a par ailleurs déclaré être en train de faire sa mutinerie.
perplexité

Traduction des paroles que le Commandant SCHETTINO a prononcées en commentaire de ce fait nouveau qu’a révélé la boite noire :

«Si sente distintamente la mia voce durante le conversazioni che avvenivano in plancia dopo il segnale di emergenza generale e prima dell’ordine ufficiale di abbandonare la nave. Avevo già predisposto, al fine di gestire il panico ed essendo già piene le scialuppe numero 1, 3 e 5, l’ammaino iniziando prima da destra per poi passare a sinistra. Ambrosio
ha mentito
».

 On entend distinctement ma voix pendant les échanges que nous avions en passerelle entre le signal d’alerte générale et celui d’abandon officiel du navire.

[“Dai.. abbandoniamo a dritta“. – allez, on abandonne à droite]

Afin de gérer la panique, je m’étais préalablement organisé pour que les chaloupes numéro 1, 3 et 5 aient été déjà remplies de passagers, leur descente devant commencer d’abord par la droite, pour m’occuper de la gauche ensuite.

AMBROSIO a menti.

«O l’ufficiale Ambrosio ha il dono dell’ubiquità, oppure alle 22 e 47 non poteva essere cinque piani più sotto della Concordia (al ponte 3 ndr) a gestire l’ammaino delle scialuppe. Anche perché era accanto a me che mi comunicava che la nave aveva uno sbandamento di 11 gradi costante».

Ou bien l’officier AMBROSIO a le don d’ubiquité, ou il ne pouvait pas à 22 heures 47 se trouver cinq pont de la CONCORDIA plus bas à décider de lui-même de descendre les chaloupes.

Et puis aussi parce qu’il était occupé à me tenir au courant que le navire avait une gîte de 11 degrés d’angle qui restait constante.
[ “Undici…undici… sbandamento costante, comandà…. costante”. – 11 … 11 … gîte constante, Commandant … constante] 

«Lui ha dichiarato di aver messo a mare le prime scialuppe senza che fosse stato dato l’abbandono della nave. La scatola nera lo smentisce. Credo che abbia fatto tutto questo per guadagnarsi le attenuanti generiche in fase di patteggiamento. E non solo».

Il a déclaré d’avoir décidé de mettre les premières chaloupes à la mer avant que ne soit donné l’ordre d’abandon du navire.

La boite noire dément cette affirmation.

Je crois qu’il a fait tout ça pour pouvoir bénéficier de circonstances atténuantes lors de la phase de conciliation des peines.

Et pas seulement pour ça.  

«Ambrosio mi ha ingannato prima e durante l’urto. Mi ha fatto credere che se non avessi accostato a dritta avremmo evitato lo scoglio. Se mi avesse dato le distanze giuste, come rientrava nei suoi compiti, avremmo visto un’altra storia».

Ambrosio m’a trompé avant et pendant l’impact.
Il m’a fait croire que si je n’avais pas approché sur tribord nous aurions pu éviter l’écueil.
S’il m’avait donné des distances correctes, comme il entre dans le cadre de ses fonctions, les choses se seraient passées autrement.

33 secondes se sont écoulées entre l’ordre officiel d’abandon à droite et le suivi de la gîte sur l’enregistrement.

L’ordre officiel d’abandonner à gauche avait été prononcé par les Commandants BOSIO et CHRISTIDIS (que je cite dans l’ordre alphabétique) dans la seconde après que le Commandant SCHETTINO ait lancé l’abandon à droite.

« PRIMA E DURANTE L’URTO« 
ça, c’est PENDANT
pour AVANT, je ne vois rien dans les journaux

, , , , , ,

6 Commentaires

De la cartographie marine

Au début, la Terre était plate, et les cartes marines n’étaient pas formidables.
Après, elle a été ronde, ça a valu des problèmes au découvreur de cette vérité.
Maintenant on sait qu’elle est ovaloide et toute bosselée géographiquement et magnétiquement de façon naturelle.

Et ça n’a rien arrangé pour LES cartes.

Des patatoïdes relevés comme ils le pouvaient, comme des unicellulaires dans un corps humain, ils ont fait des représentations sur papier plat dudit ovaloide.
Comme ils ont pu aussi, en appliquant leurs meilleures formules mathématiques d’aplatissement et des corrections qui s’imposaient :

Voici un globe et une planisphère que vous pouvez manipuler vous-mêmes en cliquant sur le tout dernier bouton de la colonne de droite du blog si vous le désirez: 

Comparez les deux représentations au niveau du pôle Sud. Les surfaces blanches.

 
L’ennui, c’est que suivant le système mathématique choisi, ça donne des résultats différents parfois de plusieurs kilomètres sur le terrain en particulier liquide où on rencontre tout de même beaucoup moins de repères visuels qu’en roulant sur une route goudronnée sur le plancher des vaches. (source AFCAN) 

Ajoutez que ce n’est pas toujours à des cartes qui ont été construites à partir du même système d’équations que sont reliés les radars, AIS, GPS et autres systèmes de repérage de position informatico-électroniques. 

Ajoutez qu’à cause de la nature du sous-sol, de la présence de minerais magnétiques, voire radioactifs, les boussoles en tout genre peuvent être trompées. 

Sans parler des câbles de transport de l’électricité à très haute tension en réseau plus ou moins dense pour le confort de tous. (source AFCAN)

Sans parler des abondantes cochonneries en tout genre des deux guerres mondiales qui n’ont pas été détruites mais dont les endroits de rassemblement et d’enfouissement dessinent au fond de la mer comme un navrant pointillé :

masses métalliques,
produits chimiques,
explosifs pas encore explosés
combustibles radioactifs.

Ajoutez que là où on n’est pas encore passé, où il n’y a pas de danger encore repéré, où on ne va pas en général, sur la surface totale de la planète, aucun repère n’a été jamais pris par personne et c’est donc le flou artistique officiel.

Et vous conviendrez que tracer correctement une route sur une carte marine d’abord, 

la rentrer correctement ensuite sur chaque appareil de la passerelle, 

donner des ordres pour qu’elle soit suivie scrupuleusement 

et surveiller en même temps que c’est bien le cas 

sont des métiers complémentaires et indispensables
pour la conduite d’un bateau géant comme la CONCORDIA,

géant par ses dimensions,
par son inertie une fois lancée,
par la charge d’âmes qui était la sienne.

Je vous propose la lecture du 
traduit en français et résumé par le Commandant DALBY.
Le BRITISH ENTERPRISE s’est échoué le 11 décembre 2004
pour un haut-fond non signalé sur les cartes marines
alors que plusieurs échouements avaient eu lieu au même endroit, 
mais jusqu’au sien on n’avait pas trouvé pourquoi la zone présentait ce risque.

, , , ,

Poster un commentaire

Une coïncidence fâcheuse lourde de conséquences

peut-être

S’il y en a un qu’on ne peut pas suspecter de complaisance envers le Commandant SCHETTINO, c’est bien le Commandant AMBROSIO !

Que ce soit dans ses réponses aux questions des paparazzi ou à celles des magistrats, car il est venu témoigner alors qu’il n’y était pas contraint par la loi attendu qu’il a déjà obtenu une peine négociée ainsi que le permet le Droit Italien, il en a toujours fait une critique négative. Je ne cherche pas de lien justificatif, tout ce qui va dans ce sens est immédiatement transmis par la presse mondiale.

Lors de son témoignage, justement, le Commandant AMBROSIO a bien précisé que le Commandant SCHETTINO exigeait le silence absolu pendant le travail et ne permettait pas le manque de concentration.  

http://www.tgcom24.mediaset.it/cronaca/2013/notizia/concordia-teste-schettino-pazzo-_2015993.shtml  : « Il comandante in plancia voleva il massimo silenzio, era severo su distrazioni e rumori molesti, … » Le commandant voulait un silence complet sur ​​la passerelle, il était sévère sur les distractions et le bruit, ...

Or, le soir de l’accident, il y avait des tas de personnes qui n’avaient rien à voir avec le pilotage du navire en passerelle pas besoin de lien justificatif non plus, n’est-ce pas ?

Qu’est-ce qui avait bien pu se passer le soir du 13 janvier 2012 qui ait pu justifier une telle exception à la règle ?

L’inchino ? non.

L’inchino, pour aussi magique qu’il soit, est coutumier aux travailleurs de la croisière et YouTube est plein de témoignages de spectateurs d’inchino de jour comme de nuit.

La présence du stagiaire ? non plus.
Tout le monde a été stagiaire avant d’être titularisé dans chaque grade de cette carrière de marin Officier de Croisière chez COSTA ou ailleurs, on a l’habitude.

Or, sur la passerelle, parmi les nombreux appareils de mesure, de transmission, d’émission, de réception il y a en particulier le récepteur de radio.

Et justement on attendait quelque chose de vital pour l’ITALIE qui a bien failli subir le même sort que la GRECE, économiquement parlant, l’ITALIE où chacun aujourd’hui craint pour son emploi, dont les élèves désespérés se déscolarisent en masse devant le manque de perspectives d’avenir décent quel que soir leur niveau d’études : la note que Standard & Poor’s allait donner au pays.

http://www.20minutes.fr/economie/859144-live-perte-triple-direct-note-francaise-officiellement-degradee-aa-sp

Vous avez vu ce titre ? 

Perte du triple A en direct : La note française officiellement dégradée à AA+ par S&P

 Publié le 13 janvier 2012

 et au cœur de l’article :

22h45: L’Italie et l’Autriche officiellement dégradées elles aussiLa France n’est pas seule. Ce soir, S&P annonce qu’elle dégrade également l’Italie, dont la note est abaissée à BBB+, ainsi que l’Autriche, à AA+, comme la France.

La mauvaise nouvelle est tombée à 22 h 45. De quoi réagir et être distrait un instant, même les Officiers chargés de suivre la route, même le timonier qui comprenait l’anglais et pas l’italien : cette agence d’employés de banque qu’on paye pour nous noter est américaine.

A ce moment-là, on se rapprochait de l’ile du GIGLIO. Un instant de distraction et on ne savait plus où on était sans s’en rendre compte immédiatement.

On ne voyait plus la lumière du phare du Capel ROSSO ? vite, le point ! faire le point ! Ça prend un autre instant, ce n’était pas le moment. On ne choisit pas.

Le Commandant SCHETTINO prend les commandes à l’improviste, il a vu de l’écume, le radar indiquait quelque chose, la carte disait c’est assez loin, les officiers qui voyaient les deux superposés par l’ECDIS sur leurs cadrans n’avaient eu aucune raison de dire quoi que ce soit. Quelques instants de flottement général avant que l’info arrive aux cerveaux, AMBROSIO contredit SCHETTINO, quelqu’un transmet mal les angles commandés et il faut recommencer, à l’exécution le timonier se trompe, on passe, on passe ? le stabilisateur gauche est passé, ouf !

Pas ouf, là où on aurait du être le fond se chiffrait en centaine de mètres et là : boum boum on cogne par la poupe, le Commandant SCHETTINO se demande « Sainte Vierge ! mais qu’est-ce que j’ai fait ?  » et le géant des mers, entraîné par son inertie repart vers le large, là où il y a du fond, justement.

C’était la phase accident comme nous l’entendons sur la route, sur le continent.

Ce n’est qu’une hypothèse sur une coïncidence de dates et une exception à une règle bien établie.
Elle vaut ce qu’elle vaut. 

, , , , ,

5 Commentaires

Bilan sur les expertises techniques

Depuis pas mal de temps on savait que les associations de consommateurs italiennes n’étaient pas satisfaites des conclusions des rapports techniques de l’équipe d’enquêteurs et experts de Monsieur de Procureur VERUSIO, procureur de la République près le Tribunal de GROSSETO (ou du moins ce serait son titre en FRANCE), en particulier la très efficace association CODACONS qui a engagé ses propres experts et a fait émerger pas mal d’observations judicieuses et constructives.

 Jusqu’à présent, le seul document sur sur lequel s’appuyer a été l’enregistrement du(des ?) radars publié le 11 juillet 2012 par le journal LE CORRIERE DELLA SERA, avec la double réserve toutefois que pour en faire un document qui dure « seulement » une demi-heure, il a bien fallu qu’on supprime des images sur l’enregistrement complet et qu’il est d’un silence assourdissant qui favorise la concentration du profane que nous sommes et en même temps intrigue grave.

Dans un billet sorti sur son site le 13 janvier 2014, CODACONS titre : COSTA CONCORDIA: A DUE ANNI DALLA TRAGEDIA ANCORA TANTI I MISTERI DA SVELARE E TROPPE LE LACUNE DEL PROCESSO à deux ans de la tragédie, il y a encore énormément de mystères à expliquer et trop de points n’ont pas encore été étudiés au cours du procès

Monsieur le Juge vient de décider au cours d’une audience à huis-clos que de nouvelles expertises seraient faites en allant à bord de la CONCORDIA dont on ne disposait dans un premier temps que de l’ordinateur de bord et dans un second temps de la boite noire.
Les nouvelles expertises porteront le premier jour où la météo le permettra à partir du 23 janvier sur tout ce qui pourra être récupéré comme enregistrements dans la passerelle aujourd’hui entièrement émergée de la CONCORDIA et sur les ascenseurs des chaloupes de sauvetage, l’expédition suivante étant entièrement consacrée au générateur d’urgences, qui a complètement lâché après avoir été certifié en bon état de fonctionnement 4 jours avant le drame lors de l’escale de BARCELONE.

Il n’est pas encore question d’examiner l’état des portes étanches et l’étanchéité du pont zéro lui-même pour des personnes qui n’ont pas forcément l’habitude de se déplacer dans des épaves marines, en effet, toute cette zone de la CONCORDIA est encore en dessous du niveau de la mer et ne sera même pas émergé au printemps, quand on la soulèvera pour l’enlever de la pointe GABBIANARA.

http://www.gonews.it/2014/periti-a-bordo-della-concordia-per-loro-obbligo-di-casco-scarpe-antinfortuni-e-giubbotto-di-salvataggio
Participeront à l’expédition, équipés de chaussures antidérapantes, de casques de chantier et de gilets de sauvetage une vingtaine de personnes en tout :

le Collège des trois Juges du Tribunal de GROSSETO
le greffier du procès
7 experts
12 conseillers des diverses parties concernées
14 avocats
Monsieur le Procureur Francesco VERUSIO
et Monsieur le Substitut du Procureur Alessandro LEOPIZZI
 

 Cambiamenti in vista con la nuova perizia sulla tragedia della Concordia dopo la collisione des changements en vue avec le nouvelle expertise sur la tragédie de la CONCORDIA en ce qui concerne la phase d’après la collision
Toutes les pertes humaines se sont produites lors de la phase du chavirement inopiné du navire.
L
‘étude technique de celui-ci est donc essentielle.

On s’attend à trouver des renseignements utiles pour éviter qu’un tel accident se reproduise sur tous les navires géants construits suivant les mêmes principes architecturaux que la CONCORDIA. Les navires autorisés à naviguer dans les même conditions que la CONCORDIA. Qui sont soumis aux décisions prises depuis la terre par des gens qui n’ont jamais navigué.

Et sur lesquels les plus compétents des multiples Commandants embarqués simultanément sont confinés dans des tâches de représentation qui leur prennent pratiquement tout leur temps vu le nombre de passagers auxquels ils doivent se montrer !.

Resteront posées quelques questions de bon sens du genre : comment se fait-il qu’une « carrosserie  » en acier, à double parois qui subit dans l’eau, juste en un point, un contact un peu brutal avec un solide se soit pareillement déchirée, permettant l’inondation de trop de compartiments étanches par exemple ? comment se fait-il qu’un bateau que je comparais aux Merveilles du Monde Antique se soit ouvert comme une boite de conserves en fer blanc !

, , , , , , ,

Poster un commentaire

Le second inchino du Commandant GARBARINO

échange de lettres publié le 18 août 2011

à partir du texte en italien reporté ici, sur le journal GIGLIONEWS, le maire actuel, Monsieur Sergio ORTELLI, était déjà maire de GIGLIO-PORTO : http://www.giglionews.it/2011081857734/news/isola-del-giglio/ringraziamenti-per-il-passaggio-di-qcosta-concordiaq.html

Cher Commandant Massimo Callisto GARBARINO,
 
Après l’incroyable spectacle d’hier au soir, avec le passage du paquebot géant CONCORDIA devant GIGLIO PORTO, je ne pouvais manquer de vous adresser un message de gratitude au nom de toute notre communauté, y compris les hôtes touristes que nous accueillons, honorés par cet important évènement.

Grâce à l’intercession de notre très cher ami Mario PALOMBO, Commandant qui a fait date chez COSTA Croisières, nous avons assisté à un spectacle unique en son genre, devenu une tradition dont nous ne saurions plus nous passer, dont nous nous sentons honorés et c’est pour cela que je me fais l’interprète de leurs remerciements personnels à vous ainsi qu’à votre équipage, en vous priant de bien vouloir de transmettre aussi nos remerciements à COSTA Croisières qui distingue désormais depuis des années une ile qui l’une des plus belles de notre patrimoine insulaire national.

J’espère vivement vous compter un jour parmi nos hôtes dans notre pays, en accord bien sûr avec Mario, notre irremplaçable et efficace supporter de l’île.

Avec mes salutations les plus cordiales,

Sergio ORTELLI

 
 

Bonsoir, Monsieur ORTELLI,

Je vous prie de bien vouloir excuser mon retard à répondre à votre lettre qui m’a fait un très grand plaisir.

C’était la seconde fois que je faisais le passage devant l’ile du GIGLIO avec la COSTA CONCORDIA au mois d’août. Une merveilleuse expérience il y a trois ans et cela a été tout aussi enthousiasmant cette année.

Hier au soir, en passant devant le port, je pouvais voir les milliers de flash des appareils-photo et on pouvait voir aussi que de nombreux touristes ont assisté au passage grâce à la publicité que vous nous aviez faite sur GIGLIONEWS. Le passage avait été aussi annoncé sur notre paquebot et beaucoup de nos hôtes sont allés profiter de cet évènement spécial sur les ponts extérieurs.

Votre ile est une île merveilleuse, comme je les aime, petite, et que je suis arrivé à « visiter » d’en haut grâce à la technologie d’Internet. C’est un petit coin de paradis que j’espère pouvoir visiter dans les prochaines années, et je suis convaincu que je vais l’aimer par ce que m’en a déjà dit notre ami commun Mario.

Cela a été un très bel événement, et j’espère que ce sera aussi pour nous à bord, une tradition à perpétuer.
 

Je vous souhaite tout le meilleur et la prospérité pour votre communauté et vous adresse en cette occasion mes salutations les plus cordiales.

Massimo Calisto GARBARINO

, , , , , ,

3 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :