Une enfant a perdu la vie dans la catastrophe, elle s’appelait Dayana

étudions comment c’est arrivé pour pouvoir essayer de faire en sorte que ça n’arrive plus jamais

Dayana, une jolie petite fille de 5 ans dont c’était la première croisière, en vacances avec son papa et son actuelle compagne.

thumbs_milestone_ed_12539121087773-dis

William avait besoin de médicaments et avant d’aller vers les chaloupes de sauvetage, tout de suite en sortant de la salle où ils se trouvaient, il n’était pas allé les prendre dans leur cabine.(1)

Le père avait cependant pris la précaution d’équiper son enfant d’un gilet de sauvetage pris dans la réserve d’appoint qui se trouve sur le pont 4, le pont d’embarquement.(2)

Voici une traduction de Mézigue de ce que la maman de Dayana a dit aux journalistes lorsqu’elle est venue récupérer le corps de sa fille :


« Dayana portait son gilet de sauvetage.
Ils ne sont pas allés jusqu’à la cabine,en chemin ils ont croisé le médecin de bord qui leur a dit qu’il y aurait les médicaments pour William à la pharmacie du Giglio.
C’était difficile de se déplacer à cause de l’inclinaison du navire.
Ils ne sont pas rapprochés des chaloupes à cause de la foule(3) qui s’y pressait.
A ce moment-là, le bateau s’est incliné brusquement un peu plus d’un coup. L’une des secousses les plus fortes, pendant laquelle il a été impossible de se retenir à quoi que ce soit.
C’est à ce moment précis que le sol est devenu un mur.
Dayana et son père sont tombés et ont glissé vers le fond jusqu’à l’endroit où on les a retrouvés. »

Cette petite fille n’aurait pas du mourir.

D’abord parce que la Concordia aurait du rester verticale et ne pas s’incliner ainsi malgré tous les efforts du Commandant Francesco SCHETTINO par les ordres qu’il a donnés, qui ont été exécutés par les Officiers et l’équipage, mais auxquels la Concordia n’a pas répondu. Elle avait été conçue pour ça.

Ensuite parce que les Consignes en cas de situation de détresse n’ont pas été suivies par les passagers. Et ça, que vous le vouliez ou non, c’était essentiel pour le bon déroulement de l’évacuation. Alors, nous allons y revenir encore une fois en nous basant sur la très bonne étude qui en a été faite tout de suite après l’accident sur le site français Mer et Marine.

 

Procédures en vigueur en matière de sécurité et d’abandon de navire géant:

Soit on est près de sa cabine et :

1°/ après avoir entendu le signal d’alarme, attendre le signal de l’abandon « constitué de 7 coups courts et un coup long » avant de bouger de là où on est

‎2°/ pendant ce temps :  » les passagers qui sont dans leur cabines ou à proximité doivent récupérer leurs gilets de sauvetage, qui se situent la plupart du temps dans un placard sur lequel est apposé un petit panneau orné d’un gilet stylisé, s’habiller chaudement et préparer pour les emporter avec eux d’éventuels médicaments »et j’ajoute les papiers d’identité et trois sous

3°/ après avoir entendu ledit signal et après seulement : « gagner leur station d’évacuation en empruntant prioritairement le chemin indiqué très distinctement sur un plan du navire situé au dos de la porte de la cabine. Et ce sans recourir les ascenseurs, qui sont arrêtés en cas de situation d’urgence. »

Soit on n’est pas près de sa cabine et :

‎1° bis /après avoir entendu le signal d’alarme, attendre le signal de l’abandon « constitué de 7 coups courts et un coup long » avant de bouger de là où on est

2° bis / pendant ce temps : les passagers sont loin de leur cabine, ce qui est courant compte tenu de la taille des paquebots, restent là où ils sont

3°bis / après avoir entendu ledit signal et après seulement : « il leur est demandé de se rendre directement à leur station d’évacuation, où un gilet de sauvetage leur sera fourni (des réserves de gilets sont stockées près des canots et, en cas d’abandon du navire, des personnels sont chargés de récupérer des gilets dans les cabines, en même temps qu’ils vérifient que celles-ci sont vides ou en train d’être quittées). »

Ce temps d’attente hors des points d’embarquement est nécessaire,

parce qu’en même temps, les membres d’équipage

qui ont du rejoindre leur poste de travail de cas d’urgence au préalable,

avaient un travail précis à accomplir sur le pont 4

et qu’il aurait fallu leur laisser le temps matériel de le faire :

Auprès des chaloupes :
il fallait préparer les embarcations, ( manœuvre de débordement), c’est-à-dire sortir les canots de leur logement entre les ponts 4 et 5 pour les positionner au dessus de l’eau, prêts à être descendus.

Aux points de rassemblement,
dans les salons ou le théâtre du pont 4, les passagers auraient attendu au chaud, pris alors en charge par le personnel qui les aurait mis en en bon ordre d’embarquement.

Le véritable abandon du navire

ne commence que lorsque le signal de l’abandon est donné à l’équipage

par un dernier coup long diffusé par la passerelle.

Les passagers, sont regroupés par chaloupe de sauvetage, les enfants et les plus petits en premier, tout est prêt, on les y fait monter.

Il y en a plus que suffisamment pour toutes les personnes à bord, passagers, équipage et Officiers, Commandant y compris, tant que le paquebot ne se penche pas trop et qu’elles peuvent descendre.

Un voyage à terre aurait alors suffi pour mettre tout le monde en sécurité. En plus des canots, il y a des radeaux gonflables, dont deux exemplaires rouges sont restés coincés et bien visibles sur le flanc gauche de la Concordia.

D’une chose à l’autre, il y avait ce qu’il fallait pour sauver 5000 personnes.

 

Sans panique

sans morts ni disparus

sans injustice envers personne

sans déchainement médiatique de l’autre côté des Alpes

si vous aviez eu un peu plus confiance

si vous aviez bien voulu, vous, les 3000, être seulement

pour une dernière fois dans votre vie

un peu plus disciplinés.

, ,

  1. #1 par ☼▓▒░░ ♪♫ ♥ Framb☼ise D'☼rée ♥♫♪░░▒▓☼ le 12 août 2012 - 10 h 26 min

    Merci pour ceTTe ouverTure
    Je Te souHaiTe un Très Bon Dimanche
    Bisous

    • #2 par Monique-Mauve le 12 août 2012 - 13 h 25 min

      Merci à toi d’avoir bien voulu en discuter.
      Un superbe Dimanche pour toi, Framb☼ise,
      Bisous.

  2. #3 par ☼▓▒░░ ♪♫ ♥ Framb☼ise D'☼rée ♥♫♪░░▒▓☼ le 10 août 2012 - 18 h 42 min

    comme beaucoup d autre
    des catastrophe yen a toujours
    pourqUOI vivre sur le chagrin
    Et Y persisTer
    Je Souhaitereai te voir sortir de ce morbide
    Bisous en TouT cas
    Grands sourire accompagnanT Ta Vie

    • #4 par Monique-Mauve le 11 août 2012 - 10 h 55 min

      Bonjour Framb☼ise,

      – je m’intéresse à cette catastrophe parce que, comme tous les professeurs qui ont accompagné des voyages scolaires, ça aurait très bien pu m’arriver de me trouver un peu à la place du Commandant SCHETTINO

      – il a une fille de 15 ans qui donc aurait très bien pu être mon élève

      – il pilotait un bateau magnifique, moderne, on peut dire que c’était un objet enfant de la Science et j’étais professeur de Sciences Physiques

      – je ne suis pas directement concernée, donc je lis ce que je vois passer sur les journaux d’un œil objectif, en n’étant limitée que parce que je découvre en même temps la langue italienne et les Arts de la Mer

      et je dois bien reconnaitre qu’il y a un comme un défaut :

      – voilà un homme qui sauve plus de 4000 personnes dont quelque 200 enfants, dont 52 bébés

      – encore aujourd’hui, 6 mois après l’accident, et non l’incident comme la presse a traduit, dans les commentaires des journaux tant français qu’italiens, qu’anglais ou espagnols (on me dit, dans les groupes de soutien dont je fais partie que c’est pareil en Allemagne) le citoyen lamdba le qualifie d’assassin,

      – les magistrats italiens lui donnent la liberté d’ouvrir ses volets et on s’indigne « que vont en penser les victimes ? » : une association de victimes a porté plainte.

      Alors primo il fait partie des victimes, deuxio si les victimes avaient suivi le genre d’organisation que je construisais dans mon Lycée de 3000 et quelques élèves à la fin de ma carrière, des victimes il n’y en aurait pas eu une seule, c’est ce que j’essaie de faire entrer dans les cervelles françaises, bien modestement, à mon niveau dans ce billet.

      Je ne suis pas morbide, ma Framb☼ise, j’essaie d’être juste en restant objective. Je découvre chaque jour un peu plus un pays et un milieu passionnants.

      La petite Dayana, je vais te paraitre peut-être méchante, mais ce sont les passagers adultes qui l’ont tuée, pas le Chef de la passerelle auquel sa maman, elle, n’en veut pas du tout. Voilà mon opinion.

      Bisous, Framb☼ise, à te lire encore.

  3. #5 par ☼▓▒░░ ♪♫ ♥ Framb☼ise D'☼rée ♥♫♪░░▒▓☼ le 10 août 2012 - 13 h 09 min

    Bonjour
    J essaye de comprendre ces derniers Billets mais ne pige Que DaLLe
    ! 0.0 !
    CeLa doit etre normal
    Bon week end en TouT cas

    • #6 par Monique-Mauve le 10 août 2012 - 13 h 23 min

      Mais non, Framb☼ise, j’ai du mal expliquer. S’il te plait, dis-moi ce que tu ne comprends pas, ça m’aidera à expliquer mieux. Passe un bon week-end.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :