Articles tagués COSTA Croisières

Le tout premier procès pour la CONCORDIA est terminé, où en sommes-nous ?

Les journaux ont transmis la sentence avec leur lot habituel de petites inexactitudes, de petites erreurs de traduction, de grosses omissions toutes orientées dans un même sens : comment fabriquer et entretenir l’image d’un monstre à partir d’un citoyen lambda.

Les procureurs, les juges même ont essayé de donner du réconfort aux familles des disparus. Bon. Le souriceau suppose qu’il le fallait, même trois ans après le drame.

Les familles en question ne sont pas satisfaites. 
Emmurées dans leur deuil, elles en oublient qu’un bateau et tout ce qu’il y a dessus, ça obéit aux lois de la Physique.

Comme tous les gens qui écrivent des comms ici et là d’ailleurs, ceux qui constituent soi-disant l’opinion publique entre une cigarette et un café-crême…
Pour l’opinion publique donc, il semble que la masturbation mentale de masse continue d’elle-même, méchante, folle, inhumaine, aveugle.

Le malheur de la CONCORDIA s’est produit au moment du chavirage et pas avant. A ce moment-là tout le monde, entraîné par son poids est tombé.
Les victimes dans des pièges verticaux, les officiers ont plongé dans l’eau, le commandant qui n’avait pas fini son boulot et voyait une chaloupe pleine coincée sous les bras des gru avec un équipage qui s’affolait dessus est allé au charbon.
Sur la chaloupe en question, parvenant à conserver son précieux instrument de travail, son téléphone mobile, sec.

Mais ceci est une autre histoire.

Maintenant, pour ceux qui ne se contentent pas de la poupée de cire offerte à leurs piques par les médias italiens et les autres, pour le grand bateau blanc et tous ceux qui voudraient bien savoir ce qui s’y est passé réellement afin de d’assurer que ça n’arrive pas avant d’embarquer sur un navire précis, marins, croisiéristes, le travail, la réflexion, continuent.

Pour la Justice Italienne aussi d’ailleurs : paru sur le site de l’association de Consommateurs usagers des transports maritimes, là :  http://www.codacons.it/articoli/costa_concordia_ora_accertare_gli_altri_responsabili_della_tragedia__275095.html

COSTA CONCORDIA :

ORA ACCERTARE GLI ALTRI RESPONSABILI DELLA TRAGEDIA LA PROCURA DI GENOVA INDAGA SULLE CARENZE DELLA NAVE E SUI RISARCIMENTI ALLE PARTI CIVILI CODACONS ATTACCA : I NAUFRAGHI OTTENGONO IL TRIPLO DELL’ELEMOSINA CONCESSA DA COSTA CROCIERE

Le moment est venu de chercher les autres responsables de la tragédie.
Le Parquet de GÊNES enquête sur les carences du navire et sur les compensations financières aux parties civiles.
CODACONS attaque : les naufragés doivent obtenir le triple de l’aumône accordée par COSTA CROISIÈRES

Chiuso il processo sul naufragio della Costa Concordia con la condanna di Francesco Schettino, ora si passa alle responsabilità di altri soggetti che potrebbero aver contribuito a determinare la morte dei 32 passeggeri.
Le procès sur le naufrage de la COSTA CONCORDIA s’est terminé par une condamnation de Francesco SCHETTINO, maintenant passons à la responsabilité d’autres facteurs qui pourraient avoir contribué à provoquer la mort de 32 des passagers.

Il paese e i giudici si sono liberati del caso Concordia individuando un solo colpevole così come chiesto a gran voce dalla campagna mediatica seguita all’incidente – spiega l’associazione – Ma il lavoro della magistratura non è finito: sembra infatti che la denuncia per omicidio colposo depositata un anno fa dal Codacons a Grosseto contro tutti i possibili responsabili dell’incidente, sia stata trasmessa a Genova, la cui Procura starebbe attualmente indagando.

Nella denuncia dell’associazione si chiedeva di indagare per concorso in naufragio e omicidio colposo plurimo – in relazione alle gravissime carenze del generatore di emergenza – sia Costa Crociere, sia il costruttore e il collaudatore della nave.
 Le pays et les juges se sont débarrassés du cas de la CONCORDIA en se concentrant sur un seul coupable, celui qui avait été désigné à grands cris lors de la campagne médiatique qui s’est produite après l’accident – explique l’association.

Mais le travail des magistrats n’est pas terminé : il apparaît maintenant que la plainte pour homicide involontaire contre toutes les possibles responsabilités de l’accident déposée il y a un an par CODACONS à GROSSETO a été transmise à GÊNES, dont le Parquet enquête actuellement à ce sujet.

Dans cette plainte, l’association a demandé une enquête pour « complicité » pour le naufrage et l’homicide involontaire multiple – par rapport aux graves lacunes du générateur de secours – sur l’armateur et compagnie COSTA CROISIÈRES, le chantier naval qui l’a construite, FINCANTIERI et l’organisme testeur des navire, le RINA. 

E sui risarcimenti disposti dal Tribunale di Grosseto alle parti civili il Codacons attacca: i giudici hanno riconosciuto ai naufraghi indennizzi quasi tripli rispetto all’elemosina concessa da Costa Crociere con la vergognosa complicità di una associazione dei consumatori. Questo significa inequivocabilmente che gli 11mila euro ottenuti dai passeggeri che hanno scelto di aderire all’accordo con la compagnia, sono una cifra sbagliata e ben al di sotto della somma cui avrebbero avuto diritto i naufraghi coinvolti nel naufragio.
Et en ce qui concerne les indemnités accordés par le Tribunal de GROSSETO aux parties civiles, CODACONS attaque : les juges ont reconnu pour les naufragés des sommes quasiment le triple de l’aumône attribuée par COSTA CROISIÈRES avec la honteuse complicité d’une association de consommateurs.

Ce qui signifie sans aucune équivoque possible que les 11 millions d’euros obtenus par les passagers qui ont choisi d’accepter la proposition de la compagnie sont un chiffre erroné, bien au dessous de la somme à laquelle auraient vraiment eu droit les naufragés concernés par ce naufrage.

Pour Anders BJÖRKMAN l’expert indépendant  de l’Agence européenne pour la sécurité en mer, ici :

 http://heiwaco.tripod.com/news8.htm

« 1.8 The judgement

11 February 2015 the judges/court found Schettino guilty of something and sentence him to 16 years 1 month jail! Luckily not to be shot. It is a show, Moscow style, trial!

Schettino will now of course appeal and the comedy show trial will go on and on.
So that the illusion of law and order and an innocent, incompetent American ship owner ashore and perfect (or whatever) safety at sea in Italian waters can be maintained. The winners are the criminal ship owner and the incompetent Italian maritime authorities and the losers, apart from Schettino, are future passengers of cheap, unsafe cruises, but they don’t care, and serious people concerned about safety at sea … that nobody listens to.

I had hoped that the court would acquit Schettino based on the fact that the prosecutor had not shown any real evidence to support the three accusations – just plenty words and unrelated testimonies about confusion aboard after an accidental contact.
Evidently no master sails around sinking the ship and killing people and then abandon the ship.

The Italian justice system would then have been saved. But safety at sea is still not improved.

For that you need to educate the ship owners about their responsibilities. »

1.8 Le jugement

Le 11 Février 2015, le collège de juges / le tribunal a déclaré SCHETTINO coupable de quelque chose et l’a condamné à 16 ans et 1 mois de prison !
Heureusement pas à être fusillé. Ce procès est un spectacle dans le style de l’ancien Moscou !
Schettino va maintenant faire appel et le spectacle de ce procès-comédie va continuer et ainsi de suite.
De sorte que l’illusion de loi et d’ordre, d’un propriétaire de navires
américain innocent, quoique incompétent à terre et d’une parfaite (ou ?) sécurité en mer dans les eaux italiennes puisse perdurer.
Les gagnants sont le propriétaire criminel et les autorités maritimes italiennes incompétentes et les perdants, en dehors de SCHETTINO, les futurs passagers de ces dangereuses croisières à bon marché, mais qui s’en fichent, et aussi ces gens austères préoccupés par la sécurité en mer mais que personne n’écoute.

J’avais espéré que le tribunal acquitterait SCHETTINO parce qu’il est un fait que les procureurs n’ont apporté aucune preuve réelle qui étaye les trois accusations – on a juste entendu beaucoup de paroles et de témoignages sur la confusion qui a régné à bord après un contact accidentel. Il est évident que le commandant n’a pas coulé le paquebot, n’a pas occis les gens ni ensuite abandonné le navire.
Le système de justice italienne aurait alors été irréprochable.
Mais la sécurité en mer n’en aurait pas été améliorée. Pour cela il lui faut (faudrait ?) mettre les propriétaires de navires le nez dans leurs responsabilités.

Et chez les travailleurs de la mer, qu’est-ce qu’on en pense ?

https://www.nautilusint.org/en/what-we-say/nautilus-news/nautilus-criticises-schettino-court-case/

Nautilus criticises Schettino court case
NAUTILUS critique le procès de SCHETTINO

Nautilus International has warned that a crucial debate over safety has been obscured by the court case which has resulted in a 16-year jail sentence for the master of the Italian cruiseship Costa Concordia
.NAUTILUS INTERNATIONAL a fait remarquer qu’un débat crucial sur la sécurité a été occulté par le procès qui a abouti à une peine de prison de 16 ans pour le commandant du bateau de croisière italien COSTA CONCORDIA.

Captain Francesco Schettino was found guilty of multiple charges of manslaughter and sentenced to 16 years in prison following a 19-month trial. The court ruled that the master was responsible for the deaths of 32 people after the ship struck rocks off Giglio island in January 2012.
Le Commandant Francesco SCHETTINO a été déclaré coupable d’homicides involontaires multiples et condamné à 16 ans de prison à la suite d’un procès qui a duré 19  mois. La Cour jugé que le Commandant était responsable pour la mort de 32 personnes après que le navire ait heurté les rochers de l’ile du GIGLIO en janvier 2012.

Capt Schettino had been charged with manslaughter, causing a shipwreck, delaying the evacuation of passengers and crew from the vessel and abandoning ship before all 4,229 passengers and crew had been rescued. He had denied the charges and said he was being made a scapegoat.
Le Commandant SCHETTINO était accusé d’homicide involontaire, de naufrage, de retard dans l’évacuation du navire pour les passagers et l’équipage et abandon de navire avant que tous les 4229 passagers et membres d’équipage aient été secourus.
Lui rejetait ces accusations et disait qu’on en avait fait un bouc émissaire.

Nautilus senior national secretary Allan Graveson commented: ‘This case may satisfy those with a blood lust, but the outcome deflects from the real issues and has obscured a much-needed debate about the design, construction and operation of large passengerships.
Le secrétaire nationale senior de NAUTILUS, Allan GRAVESON, a commenté: «Cette affaire peut satisfaire ceux qui ont soif de sang, mais le résultat nous éloigne des vraies questions et a occulté un débat nécessaire sur la conception, la construction et l’exploitation de grands navires à passagers.

‘There has been an absence of meaningful action to improve safety in response to the Costa Concordia accident, and this trial has simply served as a distraction from the important underlying issues,’ he added.
« Il n’y a pas eu de mesure significative pour améliorer la sécurité en réponse à l’accident du COSTA CONCORDIA et ce procès nous a tout simplement distraits des importants problèmes sous-jacents » a-t-il ajouté.
Wednesday, February 11, 2015

Tout le monde est d’accord pour dire que ce simulacre de procès a empêché toute étude sérieuse sur la sécurité à bord de ces grands navires
Il est un fait que le Commandant est responsable devant la justice des hommes même des fautes qu’il n’a pas commises. (source AFCAN, Le rôle du capitaine au XXIème siècle)

C’est pour la cohésion de l’équipage en mer sûrement, parce que le souriceau voit mal comment la condamnation surmédiatisée du Commandant SCHETTINO, son officiel désaveu public donc, va pouvoir aider le commandant du prochain paquebot de croisière qui aura un accident quand il va se trouver en face de la panique des passagers, malheureusement inévitable tôt ou tard.

Bonjour la confiance ! bonjour l’autorité ! bonjour l’ambiance !

Le prochain, c’est le LA BOURGOGNE à l’échelle mondiale.

, , , , ,

2 Commentaires

Costa Fortuna, passée à deux doigts de la fortune de mer en 2005

http://iltirreno.gelocal.it/grosseto/cronaca/2014/02/08/news/reticenza-per-un-caso-del-2005-1.8629531?fb_action_ids=10203119997791201&fb_action_types=og.recommends&fb_ref=s%3DshowShareBarUI%3Ap%3Dfacebook-like&fb_source=aggregation&fb_aggregation_id=288381481237582

La même dynamique d’accident. 

Ce jour là, le 13 juin 2005, ça n’a pas mal tourné parce que le fond était sablonneux là où c’est arrivé – la main de Dieu là aussi ?

Un episodio che non era stato denunciato come tale: il comandante annotò che la nave, tra Napoli e Palermo, «aveva subìto un anomalo innalzamento della temperatura della boccola dell’asse sinistro che causava delle rientranze d’acqua».
Un épisode qui n’a pas été signalé comme tel : le capitaine nota que le navire, entre NAPLES et PALERME,  « avait subi une élévation inhabituelle de la température du manchon DE L’AXE, sinistre qui avait causé une entrée d’eau ».

D’où la comparution de deux officiers de la Capitainerie de Port de PALERME en tant que témoins, pour  expliquer pourquoi :

«un atteggiamento al limite della reticenza e si sarebbero potute in qualche modo ipotizzare seriali violazioni di legge nell’esercizio della flotta Costa».
«Une telle attitude à la limite de la réticence et qui aurait pu être en quelque sorte couvrir la violations en série des lois dans la pratique de la flotte de Costa.»

 Sera témoin aussi le photographe de bord de la COSTA FORTUNA à l’époque des faits, Roberto CAPPELLO qui fit une déposition auprès des Garde-côtes le 18 janvier 2012 :

18 gennaio 2012 (cinque giorni dopo l’urto con le Scole al Giglio) l’ex fotografo di bordo della Fortuna, Roberto Cappello, anche lui citato. Il quale alla guardia costiera aveva raccontato che, dopo essere stato incaricato di scattare immagini della carena, «gli erano stati sequestrati i files fotografici e che venne minacciato», anche di essere sbarcato e denunciato. Anche in quella circostanza, responsabile della crisi a terra era Roberto Ferrarini.

 après avoir été chargé de prendre des photos de la coque
« on lui a confisqué les photos qu’il avait prises et il a été menacé »
de mise à pied et de dénonciation (sic)
par Monsieur Robert FERRARINI de chez COSTA lui-même.
Ça avait marché – sur le moment.

peut-être parce que ça n’avait pas mal tourné, cette fois-là.

L’axe, l’arbre de transmission après les portes étanches !

Le souriceau de bord comprend mieux cet extrait – tronqué – de l’interview accordée au FIGARO par Francesco SCHETTINO (sais plus quel titre lui donner maintenant) : 

… je remettrai les pieds sur un navire. 

Mais surtout pas sous pavillon italien!

pm Alessandro Leopizzi, che gli ha chiesto come venissero tenutele porte stagne sulle navi 
Monsieur le Procureur LEOPIZZI a demandé au Capitaine GARBARINO comment on tenait d’habitude les portes étanches sur les navires de COSTA

(pourvu que ce ne soit pas pour essayer de faire que l’arbre de transmission ne chauffe pas trop ! soupire le souriceau) 

A ce sujet, voici un article qui vient de paraître sur un blog ami : Un axe et des portes étanches

qui raconte le naufrage de la PRINCIPESSA MAFALDA
qui appartenait à la Compagnie Lloyd Italiano GENOVA
(tiens)
 le 25 octobre 1927
suite à la rupture de son axe d’hélice gauche (tiens, tiens)
et naviguait avec des portes étanches qui ne fermaient pas (tiens, tiens, tiens)

En résumé :

L’arbre a cassé net
continuant son mouvement de rotation,
le morceau libre est allé lui-même percer la coque
l’eau s’est engouffrée par le trou
 » fermez les portes étanches ! « 
et toutes ne se sont pas fermées
l’eau froide est arrivée à la salle des machines
les chaudières ont explosé
plus d’électricité,obscurité, panique des  971 passagers
ruée sur les canots de sauvetage
ils sortent des armes et s’en servent
ils font tomber des canots de sauvetage, ils sautent à l’eau
2 cargos et 2 paquebots se sont déroutés
de nombreux passagers sont sauvés
corps mutilés dans l’eau : il y a des requins et on les voit
n’en parlons surtout pas, ça effraierait le client potentiel
après plus de 4 heures
avec 2 cargos et 2 paquebots sur les lieux
le paquebot coule par la poupe
il manque 38 marins et 271 passagers paniqués
 
Le capitaine Simone GULI qui savait
qu’il était responsable d’avoir pris la mer
en ayant une avarie réparée à la DUBOUT
quoique ce soit en obéissant
à l’ordre d’aller la faire réparer
5000 km de pleine mer plus loin
n’a pas voulu quitter son navire.
C’était mourir « au champ d’honneur »
mais c’était surtout un suicide :
sa façon à lui de prendre ses responsabilités
j’en connais une autre plus constructive pour tout le monde
 

 Pour le récit détaillé avec les données chiffrées de l’Université d’UPSALA :

 http://chichal.blogspot.fr/2014/02/un-axe-et-des-portes-etanches.html

, , , , , ,

2 Commentaires

On ne nous dit pas tout !

Communiqué de presse

« Les avocats du groupe « Justice pour la CONCORDIA » stigmatisent l’incroyable mépris des parties civiles et l’absence générale de transmission des informations sur les ondes de la RAI et de MEDIASET en ce qui concerne la dernière audience du procès, en particulier pour les faits importants qui ont émergé suite au contre-interrogatoire de l’Officier BONGIOVANNI par les avocats des parties civiles au sujet des pressions exercées sur lui-même par les dirigeants de COSTA Croisières.

Il faut garder présent à l’esprit que ce procès concerne le décès de 32 personnes et le naufrage le plus important de notre siècle et le fait que les médias sont orientées sélectivement« 

Ce document est paru – en italien – sur le blog du collectif d’avocats Giustizia per la Concordia (Justice pour la CONCORDIA) ainsi que sur leur page Facebook.

 

, , , , ,

2 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :