COSTA CONCORDIA : Sainte PATIENCE, PPL

La Saga de SCHETTINO – poème épique et chanson de geste – presque

Il était, il est toujours et jusqu’à plus ample informé, responsable mais pas coupable.

Il a sauvé la situation malgré les innombrables mauvaises surprises successives.
Il a passé toute la nuit à  gérer une situation dans laquelle il n’aurait pas du se trouver, ni d’après son équipe, ni ensuite, d’après le fabricant de « son » véhicule à passagers. Non, il n’est pas « à lui », il n’a pas les moyens.
Un officier de l’armée de terre s’est mis à  lui parler comme on ne se permet plus de parler à son chien dès qu’il a su qu’on avait vu un premier noyé dans l’eau.
Il en a sauvé plus de 4000 mais 32 d’entre eux ne sont pas revenus vivants sur la terre ferme.

« Ils » ont commencé à marteler ces 32 pertes humaines comme si « ils » craignaient qu’autrement on les oublie.
« Ils » l’ont fait tellement noir que ce n’était pas possible.
« Ils » l’ont obligé à  écouter ses détracteurs pendant 3 ans.
« Ils » lui ont dit de se taire,
« ils » ont souhaité sa mort,
« ils » l’ont menacé,
« ils » l’ont insulté,
« ils » l’ont condamné.
« Ils » ne lui ont donné officiellement qu’un jour pour répondre à ceux d’en face, leurs familles et leurs avocats.

Plus récemment

A la sortie de son livre, « ils » ont appelé au boycott.

« Ils » lui ont reproché

  • d’être « bronzé », délit de faciès
  • « souriant » comptez ses sourires de politesse désormais, on fera des petits bâtons
  • qu’il y ait eu des « sous les applaudissements » aux experts qui ont présenté leurs exposés de façon accessible à tout le monde et qui sont à contre-courant du conte mis en place par une presse généraliste qui n’y connaissait rien (il n’y a pas de honte à ne pas savoir ce qu’on n’a pas appris, encore faut-il en être conscient et faire le travail de se documenter avant de publier des critiques pseudo-techniques)
  • qu’il y ait tracé « les autographes » dédicace en remerciement en première page du livre aux amis de toujours qui ne l’ont jamais laissé tomber malgré toutes les incongruités concoctées pour diffusion suivant les méthodes qui permettraient de bien vendre les papiers – qui portent des pubs – qui feront rentrer les sous (comme pour feu notre Paru-Vendu sur papier) pour essayer de tenir le coup sur le web – d’avoir des visites sur le site – qui porte des pubs -pubs dont le visionnage fera rentrer suffisamment de sous (contrairement à feu notre Paru-Vendu sur papier) pour équilibrer la balance du comptable.

 Alors jugez par vous-mêmes, regardez seulement si vous ne comprenez pas l’italien. C’est la présentation au public à META DI SORRENTO.

Deux rappels, parce qu' »ils » lui reprochent aussi des recettes qui ne sont pas pour lui, pour eux, les deux auteurs qui ont fait équipe en tout bien tout honneur :

1°/  ni le Commandant SCHETTINO, ni Vittoriana ABATE, ne toucheront un sou sur la vente de ce livre : un dixième des italiens va à l’équivalent des Restos du Cœur pour ne pas souffrir de la faim et le pays accueille la presque totalité des migrants de LAMPEDUSA, c’est à eux, complètement indépendants du naufrage, qu’iront leurs parts des bénéfices.

2°/  lien pour se procurer la version italienne : http://www.grauseditore.it/dettLibro.asp?id=589

Les réactions ont atteint des sommets, dans le genre l’ancien record a été battu

Comment des personnes dont c’est le gagne-pain, de diffuser des documents, des libraires ont-ils osé se substituer à leurs clients pour se faire leur propre idée documentée en boycottant la vente du livre ?

En FRANCE, en dépit de ce qu’en dit le seul papier qui parle du livre*, c’est d’ailleurs un préjudice sanctionné par la loi, ainsi que le précise en français Maître Emmanuel PIERRAT : http://www.lagbd.org/index.php/Peut-on_refuser_de_vendre_un_livre_%3F_%28fr%29

« Ils ont souhaité réagir : ils demandent que le livre soit retiré de la vente ou que les gains soient reversés aux proches. »

Une demande hors la loi et une hors-sujet.

Comment peut-on commenter un document qu’on n’a pas lu en se déclarant bien décidé à continuer dans cette attitude sans se faire voler dans les plumes par les comms suivants ?

Comment peut-on reprocher sans mauvaise foi à quelqu’un de ne pas respecter les personnes auxquelles il a publiquement dédié son témoignage à lui, dont le tribunal italien n’a encore examiné que le tiers de la situation, quoique ayant du prononcer la première sentence qui l’a condamné, ainsi que nous savons.

D’un ouvrage de 600 pages (plus de 3 ans de travail !)
comment a-t-on pu-on demander qu’il soit brûlé dans le désordre d’émeutes ?

Comment a-t-on osé demander publiquement sur Facebook dont la modération à l’américaine n’est pas en plus instantanée la peine de mort – qui n’existe plus en Droit ni français ni italien, y compris en cas d’aggression d’enfants ou de personnes âgées – pour ceux qui, je cite, « oseront l’acheter » ?

Les motivations de la sentence à lui infligée sont publiées depuis peu.
On peut les trouver ici, sur le site du du pool d’avocats des passagers Giustizia per la CONCORDIA.

En ces temps de laïcité agressive, l’ITALIE continue à mettre SCHETTINO sous la protection de Sainte ABSURDE, le bon sens du citoyen moyen étant visiblement occupé à faire la grève sur le tas.

Le pouvoir soporifique de la litanie des indemnités dont le montant en sous est accompagné chaque fois de la référence des textes de lois en vertu desquels lesdits sous ont été attribués ! … zzzzz … répétitive, la prose judiciaire.

Les grandes lignes des motivations du collège de Juges publié par les grands medias ont un écho bizarrement obsolète.

Sur les sites des journaux-web, les commentaires sont partagés, ça va de ceux qui commencent à s’exprimer calmement, à dialoguer, aux individus bornés (si, si, il en reste) qui se régalent d’écrabouiller virtuellement quelqu’un quel qu’il soit et quoi qu’il ait fait et continuent sur la lancée avec un enthousiasme qui n’a d’égale que l’intensité de leur conviction basée sur du vent.

Le joyau de la chose est entre les deux : Monsieur Tout le Monde va apprendre son métier au Commandant SCHETTINO, coupable d’avoir été aux commandes de la CONCORDIA le soir où elle est morte, par le hasard du tableau de service de sa Compagnie, et d’avoir survécu à ce grand rêve blanc matérialisé.

Les si-il-a-vait et il-a-vait-ka de l’incompétent en la matière « qui n’a pas peur d’écrire ce qu’il pense » se succèdent. Le harcèlement médiatique se renouvelle.

Cela enfonce le clou d’une situation absurde, cruelle, sauvage, un cercle vicieux incompréhensiblement créé et maintenu.

L’étau du harcèlement médiatique est toujours refermé, il est seulement éthiquement gênant qu’il s’accompagne de tout ceci :

  • oubli des Droits de l’Homme pour un homme
  • oubli du principe d’innocence
  • oubli du droit de défense
  • refus du droit de réponse.

 Oubli par qui ? oh, un peu par tout monde en ITALIE et ailleurs. Par vous aussi peut-être ? Eh bien, posez sur la table et triez si vous le pouvez, c’est comme ça depuis le début.

Comment en est-on arrivé là ? la canicule n’explique pas tout dans l’échauffement des esprits qui dérapent dans un pays qui a une constitution assez proche de la nôtre, qui est « endetté », comme tous les pays d’Europe et d’ailleurs, pas plus et pas moins en ces temps de crise officielle, en plein XXIème siècle et sur le vieux continent.

Avez-vous bien observé le Commandant SCHETTINO, sur les deux courtes vidéos ?

Dès le lendemain de l’accident, on lui avait remarqué un tic nerveux à l’œil, un tic qu’il n’avait pas sur les vidéos d’avant le naufrage.

Un second tic est apparu, comme un recul du buste trahissant les orages intérieurs du taiseux dont on a fait un people, qui doit se montrer pour se défendre puisque la justice italienne interprète à sa façon sa devise : « La loi est la même pour tous ».

La compassion envers les victimes a submergé le respect légitimement dû à leur sauveur.

Les procureurs l’avaient bien dit : « Que Dieu ait pitié de SCHETTINO, nous, nous ne le pouvons pas. »

Pourquoi, au fait ? pourquoi la justice italienne n’est-elle pas arrivée à être humaine pour tous ?

, , , , ,

  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :