La hyène blonde de service a encore mordu

Aujourd’hui 1er mars, le mois des fous.
Il y a des pays, comme ça où on dirait que c’est toute l’année.

J’explique :
Dans un pays proche voisin (et ami), l’émission de télé-réalité analogue de KOH-LANTA va commencer sa saison de diffusion.
Ils n’ont rien trouvé de mieux, à la télé que de célébrer ça en lui associant le « naufrage de la CONCORDIA » en la personne de son Commandant et son entourage.



La hyène blonde ?
En deux mots (ne lui faisons pas la réclame), dans une émission populaire, à une heure de grand écoute, sévit une présentatrice télé non moins populaire, une Blonde

(Le souriceau vous a trouvé le dessin animé complet – en français – c’est long, mais c’est marrant )Le souriceau a personnellement essuyé des slogans moralisateurs du genre « si tu y avais perdu un proche tu ne raisonnerais pas comme ça », « tu n’as pas eu d’enfant, tu ne peux pas savoir ce que c’est » etc … et vous en garantit le pouvoir sérieusement figeant, du moins la première fois qu’on le prend en pleine figure.

Et ça continue par des phrases toutes faites, se succédant dans la bouche d’en face au rythme d’une mitrailleuse, des phrases n’ayant pas tellement de lien entre elles, ce qui peut être redoutablement désarçonnant. C’est le jeu préféré des élèves perturbateurs, pas de plaisants souvenirs d’enfance, vous qui lisez ?

En ITALIE comme ailleurs, en ITALIE surtout, il est toujours pratiquement impossible d’ouvrir la bouche dans une conversation dès lors qu’on ne « pense » pas dans le « bon » sens.

Parlez calmement, logiquement, on vous répondra aggressivement qu’on est du côté des victimes. 

Bref. Francesco SCHETTINO encore une fois doit user lui-même d’un droit de réponse qu’on ne lui concède que parce que ça fait vendre les journaux-papier.

Je raconte – succintement :
La Hyène
de l’autre jour est allée sévir jusque dans sa ville, au risque de croiser les enfants de la famille. Les journalistes reviennent camper au pied de sa maison avec les beaux jours, comme les champignons. 

2 caries, 2 ! il craint le dentiste

 Le petit village résiste encore et toujours à l’envahisseur, Monsieur le Maire est allé faire le ménage et par ailleurs, c’est l’omerta.

La Blonde, qui suit l’affaire depuis le tout début n’a toujours rien compris, alors elle se fait encore ré-expliquer :
elle avait organisé une confrontation, je n’ai pas encore compris entre qui et qui exactement, ça change suivant les sources, mais ça tournait autour de ces trois personnages sûr :
C’est en face des avocats que je ne sais pas qui il y avait, bref.

 

Chut ! ce furent là des moments d’écoute, d’intense concentration, cramponnée à son fil sa table.
Une bonne concentration de blonde, qui écoute conciencieusement les explications du prof des invités.

 

Et puis soudain, il y eut comme un déclic, LE déclic, elle balaya d’un geste large la table à laquelle elle se cramponnait d’instant d’avant comme elle aurait voulu balayer ce qu’elle venait de percuter :
 Ah ben un lent déclic, un déclic de Blonde. J’ai cru comprendre qu’elle balbutiait : « Mais non, vous faites un amalgame ! »
Peut-être l’effort fut-il trop grand ? j’ai cru qu’elle allait tomber du fil à droite à la fin de sa phrase, mais non.

Notez l’info : les Blondes sont montées sur freins ABS. Elles ne tombent pas.

Bref, ça rigole bien, sous le signe de l’absurde. 

Un qui a moins rigolé, le mois dernier, c’est Francesco SCHETTINO qui, avait 40° de température sous un pardessus et un cache-nez plus chauds qu’élégants – comme tout le monde.

Un virus grippal s’étant probablement dit – en italien – que plus on est de fous, plus on rit, avait ajouté sa participation à la sinistre farce.
Le Commandant de la CONCORDIA n’a même pas pu aller essayer de se réchauffer tranquille entre deux piqûres d’antibiotique debout à la buvette du Théâtre.

Un café, ce n’était pourtant pas long.

Juste le jour le plus important du Premier Procès, devinez qui était là ? un paparazzo, un ! minimum. Photo.

Le coq français, disait COLUCHE, chante avec les pieds dans la m—e, le paparazzo italien cuicuite sur un sac de noeuds, à défaut de les dénouer un par un.

Peuchèrounette ! jusqu’où ils vont aller en mars ?
Du coup le souriceau n’a pas traduit les quelques articles constructifs sur la façon de traiter un accident de marine qui sont parus dans les langues qu’il a apprises.

Ah ben, on ne peut pas tout faire, hein ? ou on rigole, ou on s’instruit.

Le Commandant n’est coupable que de par sa fonction. 

On l’a condamné à lui personnellement et ça arrange tout le monde. 

Les hyènes sont lâchées et blondes.

UBU est roi et la Croisière continue.

, , , , ,

  1. #1 par claudielapicarde le 4 mars 2015 - 13 h 43 min

    Je ne connais rien de ces émissions, c’est pas demain que je les regarderai, ce sont des horreurs.
    J’ai entendu qu’il y en avait une autre en ce moment où les concurrents sont nus, ça devient grave.
    Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :