Cette vidéo inédite de SCHETTINO circule sur le web depuis quasiment deux ans, mais personne ne s’en rend compte

« Vendue » comme une grande nouveauté, elle a été en réalité publiée en tant qu’exclusivité par le journal LA REPUBBLICA et reprise sur les sites et groupes Facebook.

par Angela CIPRIANO

GROSSETO : Une vidéo inédite ? Non, elle est sur le web depuis quasiment deux ans.

Pendant les premiers deux jours de l’interrogatoire du Commandant Francesco SCHETTINO, les mardi 2 et mercredi 3 décembre, il a été beaucoup parlé à l’audience et sur les médias d’une vidéo que le Bureau du Procureur a achetée et a produite en tant que preuve.

La vidéo a fait en peu de temps le tour du monde, comme si c’était vraiment une nouveauté, si on ne l’avait jamais visionnée auparavant.

Il n’en est rien. Ceux et celles qui ont suivi l’affaire attentivement au lieu de ne le faire que superficiellement savent que les faits sont bien différents.

Sur cette vidéo d’amateur, on voit une personne dont la corpulence pourrait être celle de SCHETTINO, en veste et en cravate, également en uniforme de commandant et qui surveille depuis le pont du navire les personnes qui montent sur une chaloupe. Il est difficile de savoir si c’est en parlant ou en silence.

Cependant, sur beaucoup d’organes de presse, que ce soit la  presse-papier ou la presse-web, on a parlé de cette vidéo en écrivant beaucoup de bêtises, peut-être plus par ignorance que par mauvaise foi, de sorte que l’impression d’ensemble qui en est ressortie et qu’une grande partie de l’opinion publique a faite sienne est basée sur des conclusions erronées, comme cela est déjà arrivé à d’autres reprises au cours du procès.

Ce n’est pas tout. Dans la clameur médiatique générée par l’annonce d’une vidéo nouvelle, quelqu’un a également parlé de preuve éclatante de l’abandon du navire par SCHETTINO alors que la vidéo, justement, soulève de nombreux doutes et, si ça se trouve, prouve le contraire. 

Mais procédons par ordre.

1.  « La vidéo est inédite ». Non, elle ne l’est pas.

La vidéo est sur le web non pas depuis quelques jours mais depuis le 10 janvier 2013, lorsqu’elle est publiée non pas par un petit journal local, mais par LA REPUBBLICA sur son site internet avec un bandeau jaune sur lequel est marqué « En exclusivité ».

Ce n’est pas tout : dans les 23 mois qui ont suivi, elle a été reprise et publiée sur des sites et des groupes Facebook avec énormément de commentaires.
La seule chose qui soit nouvelle, quasiment deux ans plus tard, c’est qu’elle a été achetée par le Bureau du Procureur.

2.  « Cette personne est « SCHETTINO ». Ce n’est pas sûr.

La corpulence est la même. Il lui ressemble. Il a la veste et la cravate comme les commandants de navires. Mais à l’audience, à la question précise du procureur, SCHETTINO a répondu : « Ce pourrait être moi », mais sans en avoir pour autant la certitude. Il va être réalisé un agrandissement le plus net possible pour en être sûr.

3.  « La vidéo a été montrée au cours de l’audience du mardi ». Ce n’est pas vrai.

Certains journaux ont sorti ceci en ligne le mardi et sur papier le mercredi. Mais la vidéo n’a été montrée que le mercredi. Donc le lendemain. On le prévoyait ? Possible. Ce qui est certain, c’est que ceux qui l’ont écrit la veille ont diffusé une information fausse.

 4.  « On le voit monter sur la chaloupe ». Ce n’est pas vrai.

Cette silhouette, dont on présume qu’il s’agit de SCHETTINO, reste sur le pont du navire pendant toute la durée de la vidéo. Quand la vidéo se termine, elle est toujours sur le pont. Sur la chaloupe, il y a seulement quelques passagers.

5.  « La vidéo prouve qu’il est le premier à quitter le navire ». Ce n’est pas vrai non plus. 

De deux choses l’une. Toute personne qui réfléchit un peu sur le cas de la CONCORDIA ne peut tirer qu’une conclusion du visionnage de cette vidéo, c’est que si c’est SCHETTINO, il n’a pas abandonné le navire le premier. Quelques minutes avant que le navire ne chavire, il est toujours sur un pont alors que l’ile du GIGLIO est déjà pleine de naufragés.

Voilà l’impression d’ensemble qui se dégage des preuves et des actes, elle est bien différente de ce qui a été diffusé jusqu’ici, amplifié par la presse de masse. La même presse qui a présenté triomphalement comme une nouveauté la requête de 20 ans de prison par le Procureur. Le Procureur VERUSIO a dit depuis le début que c’était ce qu’il demanderait. Ça fait seulement 3 ans qu’il le répète.

Et puis, il y a eu l’écho de la phrase de SCHETTINO : « Sulla nave dopo Dio c’ero io”, un écho qui résonne encore comme s’il avait proféré un blasphème. Pourtant, quiconque connait un peu la marine de par le monde entier sait bien qu’on dit partout que « le commandant est le seul maître à bord après Dieu ». C’est une façon de parler entre hommes de mer depuis l’Italie jusqu’à la Terre de Feu. SCHETTINO a seulement utilisé le langage des hommes de mer, qui est le sien depuis 30 ans/c’est ce qu’il est depuis 30 ans.

, , , , , , ,

  1. #1 par claudielapicarde le 6 décembre 2014 - 16 h 05 min

    Il ont l’art de faire du neuf avec du vieux !!
    Bises et bon week end.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :