Articles tagués BONGIOVANNI

Lundi 27 janvier, l’Officier BONGIOVANNI déposait

assisté de l’avocat qu’il s’était choisi et seulement de celui-ci : Maître Susanna GUARINI di BIELLA.

En cherchant bien, on arrive à trouver un écho des pressions qu’a subies cet officier là :
http://www.metropolisweb.it/Notizie/PenisolaSorrentina/Cronaca/concordia_teste_pressioni_da_costa_cambiare_avvocato.aspx

En deux mots, en présentant une preuve irréfutable de ce qu’ils avançaient : l’enregistrement de l’échange téléphonique de l’essai, les avocats des parties civiles avaient mis en évidence que la société COSTA a essayé de contrôler le marin par l’intermédiaire d’un avocat à eux qu’ils souhaitaient substituer au sien, indépendant de tous les côtés dans cette histoire, alors qu’il se trouvait devoir aller se présenter devant un Tribunal, une chose qui n’est évidente pour personne.

L’épisode fait suite à une demande d’autopsie des certaines victimes et en particulier de la petite DAYANA de l’avocat de BONGIOVANNI  qui aurait souhaité une étude particulière sur ce sujet.

Seulement, si un tel travail aurait permis d’en savoir davantage

sur les décès survenus au cours du chavirage de la CONCORDIA 

et probablement aidé à en éviter d’autres lors du prochain naufrage, 

il aurait aussi retardé, le temps de le faire,

la remise des corps aux familles, la célébration des funérailles,

et cela n’aurait pas été populaire.

L’équipe juridique de COSTA, en particulier Maître Alessandro CARELLA et Maître Maurizio CAMPAGNOLI, ont appelé l’Officier BONGIOVANNI sur son portable. Et tous les deux ont carrément – « senza mezzi termini » – demandé brutalement à BONGIOVANNI de changer d’avocat pour celui que la compagnie lui désignerait ou au minimum de le prendre pour faire équipe avec le sien pour encadrer sa défense.

Qualifiant la requête de leur collègue avocat « d’erreur colossale . »

Cette conversation téléphonique  du 29 février 2012 qu’on entendait pour la première fois fait apparaître une certaine insistance et une insistance certaine de la part de l’équipe des juristes de COSTA : « Après ça, je ne vois pas ce qu’il pourrait bien faire pour vous aider, votre avocat. » lui dit Maître CARELLA qui passe alors l’appareil à Maître CAMPAGNOLI.

(mise en condition – si ça marche)

Celui-ci répète la même chose, changez d’avocat, il prononce un nom, souligne que la position de BONGIOVANNI lui-même a toujours été évoquée différemment de celle des autres inculpés dans les communiqués de presse de la Compagnie

(pommade ? – c’est vrai ça ? )

« mais après l’erreur que vient de faire votre avocat pour votre défense, si les funérailles de ces victimes ne sont pas rapidement célébrées et en particulier celles de la petite, pour les journaux, ce sera de votre faute à vous, pas de celle de votre avocat. » 

(intimidation, ça ne coûte rien d’essayer)

La cerise sur le gâteau :

L’Officier BONGIOVANNI, qui est Officier de Couverture, a aussi la tâche de Formateur en Sécurité à bord de la CONCORDIA, 

c’est lui qui a la responsabilité de la préparation de l’équipage à cet égard. 

Ses archives de travail sont enregistrées sur le disque dur de son ordinateur. 

Et il continue sa déposition, toujours soutenu par Maître GUARINI di BIELLA : 

à ce sujet, justement, il a trouvé sa boite mail endommagée sur le serveur. 

ça ressemble à plus que de l’intimidation, ça :

Les mails qu’il y conservait concernaient les mesures d’urgence sur le navire.

Seulement voilà :
On a pu en récupérer un et l’enregistrer.
Le document est à présent dans les mains d’un notaire.

, , , , ,

2 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :