Archives de 14 février 2013

« Seul maître à bord après Dieu, c’est fini ça ! »

écoutez, c’est à 38 min du début

 

Les mesures de sécurité appliquées depuis l’accident de la Concordia y sont montrées.

Ainsi que les entrainements des Officiers sous la direction du Commandant, des membres de l’équipage sous la direction des Officiers (une mesure qui était mise en place depuis 2 ans lors de l’accident de la Concordia) et des passagers avant le départ de chaque escale désormais (700 passagers italiens avaient embarqué à CIVITAVECCHIA et donc n’avaient pas bénéficié de l’exercice d’évacuation, tous les autres l’avaient fait).

Et l’entraînement permanent à tenir bon en cas de situation d’urgence pour tout le personnel, du plus petit au plus grand, les simulations de problèmes à résoudre tout seuls à bord quand ils se posent.

Restent toujours des inquiétudes : est-ce que les passagers qui n’auront vécu l’exercice qu’une fois et dans la sécurité du port sauront mettre leur gilet de sauvetage efficacement et dans un délai raisonnable (pour les plus âgés et les plus jeunes) ? est-ce qu’ils ne vont pas, encore une fois dans l’histoire de la Marine, être submergés par la panique et saboter involontairement le plan d’évacuation soigneusement élaboré à tous les niveaux ?

Pour évacuer une ville condensée dans un espace restreint, il est nécessaire d’obéir aveuglément aux consignes. Se souviendront-ils, en situation d’urgence, de l’emplacement de leur point de rassemblement parfois laborieusement trouvé dans la vidéo ?

Ces passagers pour lesquels justement toutes les croisières sont organisées.

Il est fait un rappel au naufrage du Titanic, à la suite duquel fut mise en place la Convention Internationale SOLAS.dont voici le premier texte en Français.

Elle a évolué au rythme des nouvelles précautions qui s’imposaient après étude technique des catastrophes suivantes car la mer est pour les marins une amante qui ne fait pas de cadeau.

Son dernier Chapitre porte le numéro 13, le titre en est : « Retourner Sauf au Port »

« le meilleur canot de sauvetage sera toujours le navire lui-même »

il faut ramener le navire lui-même à terre avec les passagers dessus 
et ne l’abandonner que quand on ne peut vraiment plus faire autrement

en projet : au sujet des canots de sauvetage pour les bateaux qui seront construits à partir de la date dapplication du futur texte

Il est souhaitable que viennent s’y ajouter les mesures nécessaires à ce que un grain de sable dans la chaîne humaine et/ou dans la chaîne des appareils électroniques ne puisse plus jamais entraîner la perte d’un aussi beau paquebot.

Il est souhaitable qu’on sache, de partout par le monde, qu’un Commandant « seul maître à bord après Dieu, c’est fini, ça » il a un patron, comme vous et moi. C’est du rêve pour la croisière, c’est du rêve pour la photo-souvenir, mais son vrai boulot, aujourd’hui, c’est de guider techniquement le navire, assisté par une équipe d’Officiers auxquels il doit pouvoir se fier aveuglément comme ils doivent pouvoir  se fier à lui compte-tenu du gigantisme croissant des bâtiments.

Enfin on y a vu un Commandant travailler par téléphone,

utilisant jusqu’aux vitres de la passerelle comme tableaux

pour arriver à tout gérer à l’improviste,

pour lui aussi c’était la première fois,

la première simulation d’évacuation grandeur nature.

, , , ,

4 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :