Archives de 16 octobre 2012

Que vous le vouliez ou non, la Costa Concordia est un magnifique objet technique

et elle a des dimensions qui ne sont pas à l’échelle humaine.


La voici, avec tous ses ponts, ceux qui sont accessibles aux passagers portent le nom des pays dont ils viennent. Vous voyez la hauteur d’un pont et celle du bateau ?

En dessous de la ligne de flottaison, ceux qui ne sont pas aménagés pour leur plaisir et leurs distractions de croisière mais sont indispensables pour que la croisière ait lieu : les œuvres vives du bateau, son cœur, ses bras et ses jambes, les lieux de travail et les lieux de repos de ceux qui ont la main dans le cambouis.

Le cerveau de la Concordia est situé sur le pont 8, en hauteur, il est fusionné avec celui de Francesco SCHETTINO, qu’il soit physiquement présent ou pas, accaparé de fait par les innombrables tâches d’animation requises pour un bon déroulement de la croisière, dont la présence personnelle est exigée par ceux qui ont payé.

Dans la partie émergée d’ailleurs, il n’y a pas que des chambres et des restaurants. Il y a un théâtre dont la machinerie est digne de l’Opéra Garnier, un simulateur de conduite bien plus perfectionné que celui qui sert à apprendre à conduire pour le permis (vous êtes au volant d’une Formule 1) un jacusi plein d’électronique aussi et je ne parle pas des piscines !

Eh bien dans la partie fonctionnement proprement dit du navire, il y a aussi de l’électronique, de l’informatique, de la technique.

 

Alors, arriver à suivre demande de petits efforts

dont le premier aurait été de se rendre sur place, dans le théâtre de GROSSETO, spécialement aménagé pour que les auditeurs aient une vision parfaite des documents de travail des experts pour ceux qui en avaient la possibilité

d’écouter ce que vont dire ceux qui savent, en théorie et en pratique

et ensuite de poser des questions pertinentes pour pouvoir comprendre ce qui s’est passé et pouvoir faire des suggestions valables pour faire en sorte que « ça ne soit pas arrivé » dans un futur le plus long possible.

 

« Les expertises les plus techniques ne pourront rentrer dans la tête d’un homme. « 

C’est sûr que si on n’essaie même pas …

… seulement alors, on la ferme.

Et là, c’est le professeur de Sciences Physiques qui parle.

Madame le Juge, Monsieur le Procureur, la Cour et tous les avocats ont besoin de l’avis de nombreux experts, chacun dans sa partie, dont le Commandant SCHETTINO lui-même, qui fait la moitié du chemin, pour arriver à connaître la vérité sur ce qui s’est passé la nuit du 13 janvier 2012,

Il n’y a vraiment aucune honte, pour un souriceau terrien, à devoir très certainement revoir sa copie et repartir de zéro dans une semaine sur de nouvelles bases pour faire, lui aussi, sa moitié de chemin vers cette vérité complexe du monde implacable et merveilleux de la Mer.

, ,

2 Commentaires

%d blogueurs aiment cette page :