Archives de 3 janvier 2011

Pour Caroline : La convivialité chez WordPress

1.  Va sur le profil de tes amis Windows, il y a le lien vers leur blog WordPress, suis-le et une fois chez eux, clique sur Suscribe, dans la barre grise, puis “Suscribe to blog”. C’est la première étape.

2.  Ensuite, il faudra aller là http://wordpress.com/#subs&p=subscriptions.manage.blogs et tu verras à côté de chacun de tes amis une fenêtre avec “Never” que tu remplaceras par “Instantly” et tu recevras un mail à chaque nouveau billet de l’ami en question. Tu le fais pour chaque personne que tu ne veux pas perdre de vue.

3.  Dans ta boîte aux lettres Hotmail, tu pourras lire le billet, voir les images, visionner les vidéos et cliquer sur un lien direct si tu veux mettre un commentaire. Alors s’ouvrira sur un autre onglet la fenêtre adéquate au bas du billet que tu veux commenter sans donc que tu quittes Hotmail.

4.  Lorsque tu veux suivre les commentaires associés à un billet chez un ami, clique sur la case à cet effet en bas du billet en question. Cela permet de suivre en live sur un billet récapitulatif par exemple, Au bout d’un certain temps, WordPress te demandera lui-même de faire le ménage dans ces suivis.

4 Commentaires

Atelier à Thème de ZazaBelle chez Pélagie

http://pelagie46.wordpress.com/2011/01/03/atelier-pour-suppleer-zazabelle/
THEME : la MER (pas la plage)
6 mots imposés : Profiter – Prélasser – Hanter – Guise – Oriflamme –  Jours
les seuls changements autorisés : singulier-pluriel, masculin-féminin et conjugaisons de verbes

caravelle_chébec

Je l’ai vu ! de mes yeux vu ! dire que je ne croyais pas à ce genre d’histoires !

Mais il faut que je vous raconte. J’ai profité de mes vacances pour aller voir la Méditerranée. Je sais, d’habitude, ce n’est pas le moment d’aller sur la plage alors qu’il fait un froid de canard mais, n’est ce pas, je fais à ma guise. Je me prélassais sur la digue bien au chaud dans mon anorack lorsque je l’ai vu naviguant, non, flottant au dessus des flots, le voilier fantôme. Son oriflamme déchiré battait au vent. Des feux de Saint Elme garnissaient les extrêmités de tous ses mâts, probablement parce que c’était le jour de Noël, allez savoir…

 
Cette vision me hantera jusqu’à la fin de mes jours.

6 Commentaires

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :