Que c’est triste de vieillir

 quand on est quelqu’un d’atypique !

Pour l’atelier d’écriture de Caroline

Atelier N°5
1°/  thème de cet atelier :
avec juin arrivent l’été, la fête de la musique et la ST JEAN
2°/ 
mots imposés :
cane, coquelicots, déjanter, estrade, feu, fleur, flonflon, java, gavroche, heure, morose, multicolore, papillons, soleil, talon.

3°/  vous avez jusqu’au 27 juin pour réaliser votre texte !

Si GAVROCHE avait vécu vieux, il aurait connu la fête de la Musique, le soir de la Saint JEAN (coucou Marie-Jo)Je vois le titi GAVROCHE vieux saluant l’arrivée de l’été comme il se doit comme si j’y étais.

Plantons le décor. Le soleil vient juste de se coucher sur les coquelicots parisiens. Les papillons multicolores qui ont fait connaître notre capitale dans le monde entier se sont endormis un par un sur les pervenches parisiennes, bercés par le vent de la marée de la SEINE.
Elle remonte loin aujourd’hui, elle doit avoir une gastrite. Je disais donc :
L’orchestre commence à s’installer sur l’estrade. Il va être bientôt l’heure de la java, danse bien spécifique des faubourgs parisiens. Vous remarquerez que je n’ai pas dit la banlieue, de nos jours on ne danse plus la java au son de l’accordéon dans nos cités, du côté de NOGENT.

Et voilà que ce déjanté morose n’attend pas les flonflons.
Il laisse tomber sa cane sur le pavé (toujours parisien).
Il donne du talon en plein sur une fleur en prenant son élan – coquelicot, pervenche, autre, je ne voit pas bien maintenant qu’elle est écrasée.
Ça y est, il a sauté par dessus le feu avant que tout le monde ne soit là !

Têtu, solitaire, déçu, sauvage, il boude.
Pourquoi ? parce qu’on ne trouve plus d’éléphant comme le sien, le parisien bien de chez nous, en bronze, dans les jardineries.
Maintenant, c’est GANESH aux bras multiples qu’on y trouve, à côté de BOUDDHAs pansus.

Le sien a été mangé par la rouille : à force d’être dehors sans maintenance de par les municipalités successives, il est tombé en poussière.
Une question ? du fer dans le bronze ? oui, une impureté, une de ces cochonneries qui fichent tout par terre, le crapaud dans la pierre précieuse.

L’architecture intérieure du DANESH ne le tente pas du tout, malgré la présence du ravissant souriceau qui l’accompagne, objectivement plus sympathique que les rats d’égoûts parisiens.
Il nous fait un blocage.
Il pense que sur ses vieux jours il va lui falloir aller en maison de retraite et ça ne lui fait pas plaisir.

cette image est un travail personnel de Monsieur Jainswatantra

GANESH est un bosseur,
il travaille avec :
une hache,
un nœud coulant,
un aiguillon à éléphants ;
il s’est cassé une défense au boulot ;
il ne quitte pas son chapelet ;
il a toujours un gâteau sous la main 

(après l’effort, le réconfort – quand même)
le souriceau à ses pieds a pour nom MÛSHIKA, en français, « je maintiens »

  1. #1 par mariejo64 le 15 juin 2015 - 22 h 33 min

    coucou Momo ! 😀 je ne m’attendais pas à me trouver citée sur la même page que Ganesh ! Tout arrive ! 😀 Tu as bien choisi ton personnage, plus atypique, tu meurs ! 😉 Bisous

  2. #3 par claudielapicarde le 15 juin 2015 - 17 h 23 min

    J’aime bien ton texte, tout y est et la photo termine bien l’article, bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :