Articles tagués Scandinavian Star

Hugo Larsen est mort

 Écrit le 30 septembre 2020

Hugo Larsen est mort.

Il a été enterré hier, en Norvège, probablement dans l’intimité, je ne trouve rien sur ses obsèques dans la presse de là-haut, que les traducteurs me permettent de deviner.

86 ans.

Pour la fumée, encore très dense, qui s’échappe plus de 48 h après.

Il est mort en tant que coupable. Coupable de l’incendie du Scandinavian Star qu’il commandait pour la première fois, un ferry pas fini, pas certifié. Coupable de la mort atroce de 159 passagers.

En 2003, il a fait une tentative pour être réhabilité officiellement, mais niet, les juges n’ont rien voulu savoir. Pour une question de sous, probablement, qui n’a rien à voir avec les faits du jour du drame. Les sous de l’assureur qui se défend, pressentant une anguille sous la roche.

Pourtant, les faits du drames sont maintenant connus, ils ont été reconstitués par les familles des victimes qui ont pris l’enquête en main, puisque l’enquête officielle n’avançait officiellement pas.

Une équipe de 9 philippins qui ont mal tourné, planqués dans la salle des machines, a shunté les commandes à son bénéfice et le commandant n’a pas pu tourner le ferry de façon à ce que le vent ait le moins de prise possible sur les flammes.

Comme il n’avait pas pu alerter les passagers parce que les malfrats avaient réglé les haut-parleurs des cabines au minimum après avoir truqué tout le ferry pour que le feu y fasse un maximum de dégâts.

Après, on lui a dit qu’il n’y avait plus personne, qu’il fallait partir. « On », c’étaient les pompiers, pour son malheur il les a écoutés, et ça a été la honte, la haine : il est toujours vivant et en fait il y avait encore des passagers sur ce ferry de métal en feu.

Tous les Droits de la Mer du monde reconnaissent aujourd’hui que le commandant peut partir du navire en perdition lorsqu’il a fait tout ce qui pouvait être fait par lui pour le sauver ainsi que ses passagers, mais, pour toutes les opinions publiques du monde, instinctivement déjà, à partir du moment où il y a eu quand même perte de vies, il n’a pas fait assez.

Les malfrats philippins avaient gagné, les pompiers avaient perdu, lui, court-circuité, il n’avait rien pu faire, ou presque.

Il a été enterré hier, en Norvège, alors que le représentant des assurances est monté au créneau au Parlement : « Dites, avec une somme pareille au milieu, non ! On ne ferme pas ce dossier !

L’innocence du commandant coûtera des sous à quelqu’un, c’est dans la loi, alors on la négocie âprement et longtemps, hors-sujet et inhumainement. Des fois ça dure trop longtemps et là ça a duré trop longtemps.

Il est mort officiellement coupable dans son pays.

Toute une vie abîmée, foutue, comme si avoir vécu ça ne suffisait pas.

Une pensée pour lui, on l’a enterré hier.

,

4 Commentaires

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :