Plaise à Dieu qu’il soit le dernier

 

Plaise à Dieu qu’il soit le dernier

à la manière de Charles d’Orléans 

 

Au joli piège de nature,

Amour mardi m’a fait tomber.

Oncques n’avais tant trébuché

Ni tant égrené ma parure.

 

Des ans l’abominable injure

N’a point entamé ma beauté,

Ni les chagrins n’ont pu fermer

Des illusions la source pure.

 

J’aurais voulu en un sonnet

Vous dire mon cœur ce jour d’hui,

Mais n’ai pu compter vers ni pieds

À cause d’un de mes amis :

 

J’ai cru comprendre qu’il m’aimait.

Plaise à Dieu qu’il soit le dernier !

  1. #1 par Monique le 27 janvier 2009 - 14 h 57 min

    1. cherchez pas, "il" n\’a pas Internet,2. c\’est si mauvais ?…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :